Manifeste

Au moment où l’animation s’essouffle, ou les projets ne sont plus adaptés aux envies des jeunes, il faut réinterroger et réorganiser l’animation. Celle-ci n’appartient ni à l’éducation nationale, ni à la cellule familiale, elle a lieu d’être dans l’éducation populaire.

L’éducation populaire n’existe pas «  en soi  ». C’est un processus qui peut se retrouver dans des lieux très divers (cinémas ouvriers, universités populaire, séjours de vacances, bibliothèques de rue, etc.). Le principe de l’éducation populaire, c’est de promouvoir, en dehors du système d’enseignement traditionnel, une éducation visant le progrès social.

Nos actions sont motivées par et pour les jeunes, c’est pourquoi nous proposons cette conception de l’enfant dans nos projets :

« Nous sommes des êtres humains, c’est-à-dire que nous sommes toujours en train de « devenir » tout en « étant » déjà ; c’est ce qu’est l’enfant lui aussi. Donc, à quoi bon feindre que nous ne sommes pas toujours en train de « devenir » ? A quoi bon ce semblant de dignité, de perfection ; à quoi bon cette condescendance ? Pour quiconque voit clair, il est certain que la différence qui existe entre nous et l’enfant, c’est que nous, nous aurons bientôt parcouru notre chemin, tandis que sa tâche à lui ne fait que commencer. »

M. Gläser, membre du mouvement des maîtres camarades de Hambourg.

Il n’est plus temps de se dire que les jeunes d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes (les téléphones, Internet, etc.). Il faut réfléchir à leur transmettre des valeurs, comment, et surtout quelles valeurs ?

C’est le lien social concret qu’il faut remettre au goût du jour, donner aux jeunes un réel pouvoir de décision. Pour cela il faut leur offrir une autonomie d’action, mais surtout et avant-tout une autonomie dans la réflexion.

Nous devons les accompagner à penser, réfléchir à ce qu’ils veulent pour leurs vacances et plus largement leurs futurs.

C’est donc en leur offrant la possibilité de renouer avec l’Autre, de les faire grandir en Autonomie qu’on peut les faire accéder à une réelle liberté, à une émancipation pour une transformation sociétale.

Forts de plusieurs expérimentations lors de nos séjours, nous savons maintenant quels plans d’actions peuvent être efficaces.

Nous organisons des séjours de vacances, rester dans l’action auprès des jeunes est le meilleur moyen de savoir et d’agir en conséquence.

Nous proposons des temps d’échanges et de réflexions sous forme de week-end, de stages à destination d’animateurs et de directeurs.

Nous accompagnons des organisations en réflexion sur leurs pratiques et désireuses de les faire évoluer.

Nous pensons qu’en parallèle de l’action directe, l’action écrite est importante. C’est pourquoi, nous nous attacherons à produire des écrits qui pourront être à la fois des supports de transmission et de réflexion.